Rencontres d’Anciens et jeunes Cabrettaïres

Rencontres d’Anciens et jeunes; Cabrettaïres et Accordéonistes locaux:

Jean BONA

Pierre LADONNE

Joseph RUOLS

Jean Claude ROCHER

Jean Claude ROCHER et Pierre CAPEL

ISABELLE  NOYGUES  René VERDIER

Altero BETTI avec Marcel CLERMONT

René SAGET  avec Marcel CLERMONT

DSC_9462

Véronique LOISON en compagnie  de la Marraine Sylvie PULLES la reine du folklore Auvergnat

_08A8667_800px

Didier TOMA et Jean Pierre DELBERT

Pierre CAPEL Geneviève MARONCLES

Jean BONA et Hervé CAPEL

Roger LEYBROS et  Marcel CHARMES

Pierre CAPEL Pat CAUMON et Michel CANTOURNET

Jean BONA _ Pierre LADONNE _ Marcel CLERMONT

Roger, Fabienne, Ludo, Patricia, Pierro

René VERDIER   Jean-Claude RIEU

Paul VALETTE, Marcel CLERMONT, Simonne SERRE

Le groupe de “Cabrettes et Accordéons des Burons de PAILHEROLS”

avec Sylvie PULLES

Le groupe de PAILHEROLS avec Sylvie PULLES

Jean BONA une grande histoire de Cabrettaïre !

Jean_BONA

 Altero BETTI une passion d’accordéon !

Altero BETTI

 Altero2Jo FRAISSANGE

Jo FRAISSANGE

Jean ALSAC

Jean ALSAC

 Jean-Claude ROCHER 

Jean-Claude ROCHER

René SAGET “Le roi de la bourrée”

René SAGET

Alphonse GANDILHON dit Fonfon Gandilhon_Fonfon

 

Paul VALETTE

Paul VALETTE

 Michel DEL BARCO et Philippe ROUX

Delbarco

Claude REY 

Claude REY

Les MIJOULES

Martial Mijoule

Marcel CLERMONT  Cliquez Ici :

Marcel LMT 31 juillet 2014

PIERRE CAPEL

Pierro CAPEL

Bebert SALAT

Bebert SALAT

Michel FAY le Cabrettaïre a tranché !

Couteau

Jean SEGUREL

Jean SEGUREL

Sylvie PULLES

Page

Article

Kevin LACOMBE

KEVIN

Les années CLAPIER

Centre France 16/01/2016

Clapier16:01:2016

Clapier 16:01:2016

Clapier 21:01:2016

Les années THIVET :

andre-thivet

Jeannot COUDERT

jeannot-cordert

Nathalie BERNAT

bernat

Joseph RUOLS

ruols

PULLES family ….

Jean CHASTANG

José Roux nous a quitté !

Un intellectuel de la cabrette a disparu en la personne de José Roux.

Fortement inscrit dans son temps, il fût tout au long de sa vie sensible à la nouveauté, tout en entretenant un rapport étroit avec son histoire. Naviguant entre oralité et écriture, il parcourra le sud du Massif Central à la tête de son orchestre au sein duquel il ne manqua pas de laisser une place importante à la cabrette. C’est par l’intermédiaire de son père qu’il découvre Jean-Marie Valadier, un des seigneurs des bals musette, réfugié à Figeac après une existence parisienne tumultueuse (voir ouvrage Bouscatel[1]).

VERMERIE, RISPAL et Joé ROUX.

André Vermerie, Louis Rispal et José Roux

Dans cette mouvance, Martin Cayla, toujours implanté dans la capitale le prendra sous son aile. Avec le temps la cabrette occupera une place privilégiée dans l’esprit de José Roux.
Il renforça sa passion et participant à de nombreux concours (De Paris à Aurillac), il parvint à décrocher les premières places. Sa carrière de musicien lui permit de remplir sa mémoire de milliers de souvenirs qu’il prenait plaisir à évoquer. Pour

qu’il subsiste une trace de son parcours, il confia sa collection de cabrette au MuPop de Montluçon et il enregistra des disques pour fixer des répertoires qu’il jugeait devoir être préservé. Dans ces enregistrements, où la cabrette est à l’honneur, l’on peut aujourd’hui entendre son jeu d’une grande justesse où quelques ornements resteront sa signature stylistique, tels ceux qu’il employait sur le mi d’un pied de cabrette en do. Ayant été associé à la production de ses derniers disques, je peux affirmer que José Roux va nous manquer pour son amitié et le regard d’une grande lucidité qu’il portait sur le monde.

José que d’Antoine Bouscatel à aujourd’hui, tous les joueurs de cabrette te saluent.

André Ricros

[1] Ouvrage « Bouscatel », Le Roman d’un Cabretaire

Yannick LEYBROS




Mercredi 6 avril 2022, Adieu EDMOND

De 1968 à 2000, l’orchestre Edmond Clapier a fait danser des générations de Cantaliens :
« On était devenu comme des vedettes »
L’orchestre Edmond Clapier au complet (haut) en 1985 à Coltines, avec le guitariste Camille Addéo de Brassac-les-Mines. Devant la scène, Alain, le fils de Mireille et son neveu Jean-Philippe. Mireille et sa guitare, à son domicile à Neuvéglise (gauche). Mireille et Edmond, en 1967, devant la maison de famille à Douze (droite).? © Photos DR et david Allignon.

 Irrésistible sur scène, l’orchestre Edmond Clapier a écrit parmi les plus belles pages de l’histoire des bals populaires du Cantal. Retour sur ces années, en trois volets avec d’abord Mireille. La chanteuse et guitariste nous confie ses souvenirs.

Elle se concentre un instant. Sa main gauche glisse sur le manche de guitare. Ses doigts pincent timidement quelques cordes. Puis les premières notes s’échappent et l’étincelle brille à nouveau dans ses yeux. « Ça y est, je l’ai retrouvée, cette chanson s’appelle Aux plaisirs des bois ». À l’évocation des soirées passées sur scène, en famille avec Marie et René, ses parents, et son frère Edmond, Mireille est submergée de souvenirs heureux. À eux quatre, ils formaient le célèbre orchestre Edmond Clapier.

Quand et comment a débuté l’aventure avec l’orchestre Edmond Clapier ? Mon père avait appris la musique quand il était prisonnier en Allemagne pendant la guerre, mais il jouait déjà de l’accordéon et faisait des bals. L’orchestre Edmond Clapier a été créé à l’automne 1967, quand un copain nous a fait faire un mariage. Mon père était à la batterie, ma mère au tambourin, mon frère à l’accordéon et moi je chantais, je jouais de la guitare et de l’orgue. Mais notre premier bal date de décembre 1968, pour le banquet des pompiers à Paulhac. Après, on faisait un bal par mois pendant l’hiver chez Madame Pichon à Tanavelle et au café de Paulhac, sans compter les banquets.

Vous étiez très jeune à l’époque. J’avais 13 ans et demi. Je préparais mon certificat d’études. Papa m’a appris les bases de la musique en une veillée. On travaillait les morceaux le soir et pendant les vacances. On avait les partitions de musique qu’une dame vendait à Saint-Flour. La chanson sortait le lundi et on la jouait le samedi dans les bals. Plus tard, Jean Ségurel nous prêtait les cahiers de son répertoire.

Vous n’aviez jamais le trac ? Pas lorsqu’il s’agissait d’un bal car les gens dansaient. Mais on a eu fait des banquets où le public était assis et là, j’étais tétanisée.

La formidable carrière de l’orchestre Clapier a duré plus de 30 ans. Mais c’est avant tout une très belle histoire de famille. C’est ça. Quand papa est décédé en 1986, on a eu un batteur de remplacement et mon fils Alain a pris la suite. Déjà, à 5 ans, quand on allait jouer en juillet et août les mercredis après-midi à Prat-de-Bouc et les samedis à Coltines, il prenait la guitare ( rires). Puis il a appris la musique en 6 e et rejoint le groupe. On a joué comme ça jusqu’en 2000.

« Il y en même qui se sont marié grâce aux Clapier »Il fallait tout faire, installer les instruments, jouer et repartir pour rejouer le lendemain… Après on avait un fourgon, mais au départ on avait une traction. Une fois en hiver, à Cézens, on avait une DS break noire et il est tombé 80 cm de neige. Le comité a arrêté le bal. Les gens nous ont aidés pour partir, comme à Laveissenet, pour le bal des pompiers où il avait fallu mettre les chaînes. On jouait le vendredi de fête, le samedi, le dimanche et le lundi, pour le retour de fête, comme à Chaudes-Aigues où on montait sur un char fleuri. Le seul souci en trente ans est arrivé à Neussargues, lorsque des jeunes avaient jeté des boules de neige sur la scène et que ça a grillé les amplis. C’est la seule fois.

Qu’est-ce qui a fait votre succès ? L’ambiance et une véritable amitié avec le public. On est toujours resté simple, malgré la notoriété. Les gens dansaient tout le temps sur du moderne, du musette ou du folklore. On connaissait la cadence et on entraînait les gens avec nous. On jouait de 20 h 30 à 2 h 30 du matin, sans interruption. Maman roulait des cigarettes tout en jouant du tambourin, et parfois, elle réveillait papa qui s’endormait à la batterie. Les gens nous disent que c’était la bonne époque. Il y en a même qui se sont mariés grâce aux Clapier.

Beaucoup de spectateurs aimeraient danser une fois encore avec l’orchestre Edmond Clapier. Pensez-vous que cela soit possible ? Tout le monde a dit qu’il faudrait jouer à nouveau, remonter l’orchestre pour une soirée. Ça se fera peut-être.

è Samedi prochain. Deuxième volet avec Edmond, accordéoniste qui donna son prénom à l’orchestre des Clapier.

David Allignon



 


Retour haut de page :

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.